CONSEIL NATIONAL DE L’U.F.R. T.H.C.B. – 23.01.2018 Intervention Micheline LAROZE

CONSEIL NATIONAL DE L’U.F.R. T.H.C.B. – 23.01.2018

Micheline LAROZE

En ce début d’année, cher-e-s Camarades, je vous souhaite ainsi qu’à vos proches une solide santé – la moins onéreuse possible, des satisfactions, des joies, la réalisation de vos projets !

Philippe Martinez disait : notre C.G.T. doit se déployer sur tous les terrains, inviter chacun à la rejoindre comme un élément majeur du rapport de force. Alors oui, 2018 peut être une bonne année pour le monde du travail (et les retraités).

Comme introduction à nos débats je me suis appuyée sur le travail du bureau du 28 novembre 2017, et sur l’actualité de la  C.G.T.,  de l’U.C.R. ( comité général de décembre 2017) et le déroulement politique et social jusqu’à ce jour. Je vous propose donc d’examiner les points suivants : les mesures Macron présentes et à venir, la casse des régimes complémentaires, le cahier revendicatif des retraités, le renforcement, les actions en cours (carte de vœux) et journées de luttes prévues.

Avant de débuter ce développement, je voudrai évoquer à nouveau l’hommage rendu à Louis Viannet. C’est avec une grande fierté pour notre organisation que nous saluons son œuvre  syndicale et particulièrement de l’avoir compté parmi nos premiers dirigeants de 1995 à  2009.

Nos préoccupations constantes sont la situation internationale avec son lot de guerres, d’attentats. Œuvrer quotidiennement pour la Paix doit donc prévaloir sans notre activité militante. Des aspects plus proches sont interpellent : le Brexit et ses conséquences, la montée du populisme en France mais aussi en Allemagne, en Autriche, les gouvernements nationalistes en Hongrie, en Pologne, le non remboursement en Grèce … cela engendre un scepticisme grandissant en Europe qui peut nous éloigner de notre objectif de bâtir une Europe sociale : soyons vigilants. Josiane Blanc est intervenue lors de la dernière réunion de la FERPA le 27 septembre (voir Vie Nouvelle novembre/décembre 2017), elle nous informera des décisions prises : notre délégations a fait des propositions de travail constructives qui sont traduites dans le relevé de décisions.

LES MESURES MACRON

Résister à cette » politique du Président des riches « est notre credo. 300 luttes gagnantes ont été portées au profit des travailleurs grâce à la C.G.T. durant l’année 2017.

Ne perdons pas de vue que cette élection n’est le fruit que de 14 % des inscrits au premier tour des présidentielles et rendue possible et facile face à la candidate de l’extrême droite et aux désillusions successives des français quant à la droite et à la gauche socialiste.

Même si nous n’avons pas réussi à empêcher la loi Travail XXL, la lutte commence dans les entreprises lors de la négociation  de la fusion des institutions de représentation du personnel en un conseil économique. Notre FD apporte son aide en mettant en place un service associatif pour épauler les élus du personnel dans ce passage difficile. L’important

2

est de réduire les aspects les plus négatifs d’une telle fusion et de négocier des droits élargis afin que ceux enterrés par la loi renaissent par la force de la lutte

D’autres réformes sont en cours et menées au pas de charge : l’indemnisation du chômage, la formation, l’apprentissage et la retraite, la désindexation du S.M.I.C.

La baisse des cotisations sociales (chômage et maladie de notre salaire différé) et la  suppression de la taxe d’habitation tentent de faire croire aux citoyens que ce bon Président leur redonne du pouvoir d’achat … qu’ils redonneront en impôts. Les retraités ne sont pas dupes : avec la hausse de la C.S.G., la colère gronde car leur pouvoir d’achat est immédiatement réduit !

Les différentes journées d’actions sont intervenues – celle du 12 septembre 2017 a permis de mobiliser … pas au regard des enjeux posés mais la C.G.T. n’a rien cédé, elle ne peut endosser à part entière le manque de mobilisation suffisante. Ce qui devrait faire réfléchir le monde du travail.

Du coup, le pôle réformiste se recompose et passe des compromis sur la loi travail.

Certes, nous avons des difficultés à mobiliser, donc nous avons à faire un travail interne visant à cibler nos faiblesses : le lien aux salariés, aux retraités, la syndicalisation, le revendicatif, la vie collective et démocratique …

LA CASSE DES REGIMES COMPLEMENTAIRES

La fusion du régime ARRCO-AGIRC  reprend des mesures jugées profondément régressives pour la C.G.T. : baisse des pensions de 10% si le salarié ne recule pas son âge de départ à 63 ans, recul des revalorisations retraites liquidées au 1er novembre au lieu du 1er avril précédemment, revalorisation des retraites liées à l’équilibre du régime complémentaire, elle pourrait être négative (donc le montant actuel de nos pensions n’est plus assuré). Voilà qui préfigure ce que pourront être les négociations relatives au régime général. La vigilance voire, une bataille d’idées forte s’impose. A nous de l’alimenter avec nos arguments. Ne perdons pas de vue que le président Macron compte finaliser la réforme des retraites à l’été 2019 !…

Sur le plan de la mobilisation justement,

l’U.C.R. a, à son acquis une permanence : faire que nos rencontres unitaires travaillent sur les contenus revendicatifs communs – sans abaisser le contenu propre à notre organisation. Le gouvernement connaît bien l’obstination de l’intersyndicale. Le nombre de pétitions recueillies, le niveau de mobilisation du 28 septembre et sa médiatisation agacent le chef de Cabinet d’E. Macron du coup il nous adresse une fin de non-recevoir à notre demande d’audience. S’agit—il d’un mépris vis-à-vis de 16 millions de retraités ? Nous n’en faisons que fi ! Nous adressons nos meilleurs vœux au Président (voir les deux versions éditées par l’U.C.R.). a nous d’improviser les formes et lieux de signatures par les retraite de cette carte de vœux. La décision était de la remise en Préfectures à partir de cette semaine, mais, compte de l’engouement, l’U.C.R. prolonge ce délai.

 

3

Attente également du côté de la Ministre de la Santé – Agnès Buzyn pour que se réalisent des groupes de travail sur : le pouvoir d’achat des retraites, la situation dans les EHPAD (voir notre communiqué commun aux 9, soutenant la grève du personnel des EHPAD pour le  (30 janvier 2018), Haut conseil de la Famille et de l’Enfance…

Un nouvel invité sur ces dossiers … Jean-Paul Delevoye qui, lui, veut discuter des retraites La bataille d’idées est lancée ! Saisissons nous du 4 pages confédéral – porteur de valeurs et de propositions pour une transformation de la société.

L’action des 9 engagée en fait aussi partie : nous avons décidé de continuer à mener une campagne d’information et de mobilisation. Jacques Toubon (un revenant) le défenseur des Droits pourrait être saisi d’un dossier faisant état des discriminations dont sont victimes les retraités : le dossier fiscal, social et institutionnel, le détournement de la CASA … S’engage également un débat avec les 9 sur le 100% (VRAI) de la Sécurité Sociale – ce n’est pas une mince affaire … suivons ce dossier avec perspicacité.

Bien entendu, le travail et les analyses que nous tirons de notre expérience à la C.G.T. et à l’U.C.R., au plan revendicatif et de renforcement – SEUL – compte et permet d’avancer.

NOTRE CAHIER REVENDICATIF

8 fiches revendicatives vont être travaillées par l’U.C.R., à commencer par celles des pensions de réversion et complémentaire santé – pui – 2 autre traiteront du logement et des transports. Effectivement, l’U.C.R.  compte travailler plus spécifiquement les questions qui relèvent du cadre de vie : logement, transport et santé. C’est en ce sens que lors de la journée des conseils départementaux de la citoyenneté et de l’autonomie (CDCA) que, les membres de la CE de l’U.C.R., des U.F.R., et des U.S.R. ont débattu. La lecture de ces documents vous en dirait plus, je vous invite à en prendre connaissance. Les situations sont diverses selon les départements … une réflexion appropriée est donc à approfondir.

C’est au plan local que s’appliquent les mesure Macron, c’est ce terrain que nous devons investir – pour cela – il faut des forces, j’en viens donc au point suivant :

SYNDICALISATION

102 000 syndiqués retraités à l’U.C.R. nous étions le double en 1984 !!!!

661 à l’U.F.R.  en 2017 (rappelons les chiffres 2015 : 869 syndiqués, 2016 : 879,)

L’U.C.R.  réagit et engage une grande campagne pour l’adhésion : l’adhésion pour gagner, comme pour l’action revendicative, cela se prépare : une carte de syndicalisation pour aller à la rencontre de tous les retraités est éditée en 40 000 exemplaires ; un tel évènement oblige nos sections à :

-        Prendre le temps de débattre avec tous les militants voire les syndiqués en leur demandant de réfléchir à un plan offensif de recrutement visible,

-        Prendre appui sur nos propositions revendicatives pour convaincre le retraité de s’organiser lui-même, s’il veut voir aboutir ses revendications et considérer que –c’est ainsi – que la construction d’une société plus juste pour tous les âges est possible.

-        4

-        Notre travail sur la continuité syndicale engagé, entre dans la réflexion globale de l’U.C.R. lorsqu’elle analyse tout le travail à faire par les syndicats d’actifs – en liaison avec les U.S.R. et les U.F.R. Nous-mêmes avançons sur ce terrain : nous avons produit à nos sections les noms des salariés proches de la retraite. Si nous arrivons à fournir les coordonnées complètes (lorsqu’elles sont produites au départ par les sections syndicales), nous serions plus efficaces sinon, cela demande un rapprochement avec les sections syndicales des actifs qui dans la pratique est loin d’être évidente (au regard de ce que vous en rapportez).

-        Nous avons besoin de nourrir notre action par les bons exemples de luttes gagnantes qui interviennent sur nos territoires ; vos débats vont en faire état : c’est ainsi que notre confiance en l’efficacité de notre organisation grandit et que nous ferons reculer les plus noirs desseins du gouvernement Macron.

-        Voyons ensemble « comment agir mieux », et « avec quelles forces » !