Pétition contre le traité budgétaire européen

Voilà que pour mieux encadrer les Etats sur leurs dépenses publiques, un traité européen voudrait sanctuariser et généraliser les politiques d’austérité à toute l’Union Européenne pour ceux qui ne respectent pas les 3 % de déficit public prévus dans les textes de Maastricht.
Déjà, les politiques mises en œuvre dans certains pays d’Europe comme la Grèce, l’Espagne, l’Italie n’ont fait qu’enfoncer les économies dans la crise en s’accompagnant d’une régression sociale sans précédent pour les salariés. Dans ces trois pays, le marché du travail a été flexibilisé pour faciliter la précarité des emplois, les salaires des fonctionnaires ont baissé, l’âge de la retraite a progressé. Ces politiques n’ont pas permis à ces pays de sortir du marasme économique dans lequel ils sont embourbés, pire, aucune relance économique ne s’est faite ressentir.
La confédération européenne des syndicats (CES) a déjà repoussé ce texte en considérant que l’austérité généralisée remettrait en cause le modèle social européen. C’est-à-dire le triptyque : protection sociale, services publics et négociation. Tout serait conditionné en haut pour respecter l’objectif des 3 %. Les sanctions pour les Etats seraient lourdes.
C’est pourquoi la Cgt a décidé dès la rentrée de mettre une pétition en ligne, à l’intention des salariés, exigeant de ne pas ratifier ce traité, mais au contraire, de le renégocier pour y inclure des clauses sociales.

Vous pouvez signer cette pétition ici.