Déclaration du bureau fédéral

Déclaration du Bureau fédéral aux syndicats et aux syndiqués du

Textile Habillement Cuir Blanchisserie CGT

 

L’annonce faite par la presse le 29 octobre 2014 et relayée par tous les médias d’un investissement démesuré de plus de 100.000 euros pour la rénovation d’un appartement de fonction pour le Secrétaire général de la CGT a jeté la consternation dans beaucoup de syndicats CGT et chez bon nombre de militants de nos branches, mais aussi bien au-delà.

Chaque jour nos militants se dévouent corps et âme sur le terrain en le payant bien souvent de sanctions anti syndicales, de répression, de pertes financières et parfois même de la perte de leur emploi parce qu’ils aident les salariés à lutter et à faire front aux attaques patronales.

Comment peut-on à la tête de la CGT s’être aventuré dans une opération financière aussi désastreuse pour l’image de notre organisation ? Cette initiative est en rupture avec notre éthique. Aucune excuse n’est recevable en l’état, cette opération montée par quelques-uns en dehors de nos règles de vie va à l’encontre des valeurs que nous portons collectivement sur le terrain. Les « réponses » apportées par la direction confédérale au CCN des 4 et 5 novembre dernier n’éclaircissent en rien la situation.

Notre fédération attend de la direction confédérale une clarification de ce qui se passe, davantage de transparence et des décisions politiques en phase avec nos valeurs et nos règles démocratiques.

Notre fédération dénonce donc ce type de dérive. Que l’on ne vienne pas nous parler de « complot intérieur » ou de faire payer aux lampistes ce qui est une faute politique de la direction au plus haut niveau, c’est trop facile. Que chacun assume ses responsabilités. La ligne jaune a été franchie. Il ne faut alors pas s’étonner que cela se retrouve dans le débat public. Aujourd’hui, c’est toute la CGT qui est attaquée et c’est elle qui risque de payer la note. La fédération appelle au plus haut niveau à un débat sur le fond, sur les règles de vie et surtout sur la démocratie qui doit être plus que jamais la pierre angulaire de notre action syndicale à tous les niveaux.

 

Montreuil, le 6 novembre 2014