Projet d’accord classifications textile

Une remise en ordre des classifications dans le textile qui doit permettre de faire payer la qualification professionnelle à sa vraie valeur

Depuis plusieurs mois, l’Union des Industries Textiles (UIT) a ouvert une négociation sur les classifications dans la branche textile. Un projet d’accord final vient d’être soumis aux organisations syndicales pour validation.


Ce texte sur les classifications des salariés du textile est une grande première qui doit permettre de replacer à leur véritable poste les salariés qui sont actuellement sous classés depuis des dizaines d’années.

Aujourd’hui il y a dans nos branches 80 % d’ouvriers ce qui est très rare dans les autres branches industrielles. En même temps, depuis des années, le patronat en sous classant les salariés de nos branches en ont profité pour payer tout le monde au plus bas, au Smic ! C’est justement le fait qu’il n’y ait pas de grille de classifications fiable dans nos branches qui a permis aux patrons d’en profiter pour smicardiser toute la profession.

Si ce texte est signé par notre fédération et les autres et qu’il s’applique, les syndicats, les délégués pourront alors s’en saisir et réclamer le replacement de leur poste professionnel à sa juste valeur, à sa juste place et par là même, le débat du salaire qui va avec, se pose aussitôt. Le patron y sera confronté forcément. C’est pour cela que ce texte est intéressant, il permet d’aller revendiquer auprès des patrons un autre placement, donc un autre salaire. Mieux même, ce texte peut être l’occasion d’engager des négociations classifications dans les entreprises pour avoir des classements de postes au-dessus de ce que prévoit ce texte issu de la négociation.

Ce texte prévoit aussi en 2016, la mise en place de rémunérations minimums garanties correspondant à la nouvelle classification professionnelle, mais le replacement des postes, avec cet accord, posera aussitôt le problème du salaire, sans attendre 2016.

Des salariés qui sont classés au premier échelon pourront réclamer, après un délai maximal de 2 ans, une nouvelle appréciation de sa situation au regard des exigences professionnelles qui lui sont demandées.

Donc au global une remise en place des classifications dans le textile est une bonne chose, cela va clarifier la situation et aider à faire progresser enfin beaucoup de postes qui sont déclassés arbitrairement aujourd’hui !

Comme tout accord, il faut savoir mesurer le premier pas fait autour d’une grille de classifications dans nos entreprises. C’est donc une première étape qu’il faut apprécier en tant que telle. La deuxième étape viendra vite où nous ouvrirons les minimas de salaire pour les 4 niveaux et les différents échelons dans chaque niveau.

Après en avoir échangé au bureau fédéral avec la délégation, la fédération a décidé d’apposer sa signature sur cette première partie concernant les classifications.

Sans attendre la négociation future sur les minimas de salaire, nous sollicitons chaque syndicat dans les entreprises à revendiquer une grille salariale évolutive en fonction de la grille de nos métiers. Il est évident que le point minimal doit être au Smic hors primes.

La fédération fera un premier point sur l’état d’avancement de cet accord lors de notre congrès fédéral à Bourgoin Jallieu en juin prochain.