Déclaration du Bureau de la fédération THCB

Déclaration du Bureau de la fédération THCB CGT

 

Un seul mot d’ordre : le retrait de ce projet de loi El Khomri

 

 

Le projet de loi El Khomri aujourd’hui en débat s’attaque aux droits fondamentaux du travail, il veut faire voler en éclats le Code du travail et laisse les salariés et leurs syndicats complètement démunis face aux patrons.

 

Ce sont des pans entiers du Code du travail qui vont être chamboulés, avec des effets dévastateurs et irréversibles pour les salariés. Ce texte vise notamment à :

 

-       faciliter outrageusement les licenciements économiques quelle que soit la situation financière de l’entreprise (même en cas de réorganisation),

-       mettre en cause directement les 35 heures et les heures supplémentaires {possibilité de plafonner le taux de majoration des heures supplémentaires),

-       plafonner les indemnités prud’homales pour que les salariés touchent moins,

-       remettre en cause les contrats de travail, les astreintes, etc…

 

C’est une vraie déclaration de guerre faite aux droits des salariés. Pour ce mauvais coup, le gouvernement prépare un vote bloqué à l’Assemblée nationale en utilisant, si besoin, le 49-3. Nous évoquons là quelques points essentiels, mais le texte de loi en débat s’attaque aussi aux organisations majoritaires en plantant systématiquement la possibilité d’un référendum mettant en cause les majorités syndicales.

 

Il en va de même avec l’inversion de la hiérarchie des normes, les accords de compétitivité que le gouvernement veut étendre en laissant la possibilité de remettre en cause tous les acquis antérieurs, bref, c’est un vrai désastre social qui nécessite que la CGT agisse vite et fort. Ce projet de loi est si funeste que plus d’un million de français ont, en quelques jours, pétitionné contre, que l’hostilité est apparente aussi dans d’autres syndicats que la CGT. Le thermomètre social vire au rouge. Ce texte est à contresens de ce que devraient être les valeurs de la Gauche, c’est un retour vers le passé d’une grande brutalité.

 

Le gouvernement tergiverse et veut gagner du temps en reportant de quelques semaines l’adoption de ce fatras de reculs sociaux imbuvables qui plaît tant au Medef et à la Droite parlementaire. Le gouvernement tente de s’appuyer sur l’attitude de la CFDT notamment qui dit proposer des amendements qui, de toutes façons, ne toucheront en rien la nocivité fondamentale du projet de loi. Faisant semblant de dialoguer, d’écouter, le gouvernement va passer en force après quelques modifications mineures. Personne n’est dupe de la magouille politique en préparation.

 

La fédération THCB appelle à agir, à réagir vite au cœur des entreprises, à sortir du matériel de propagande pour dénoncer ce texte et à entrer dans l’action le plus massivement possible sur le terrain, en liaison aussi avec les initiatives de luttes prises par les UL, les UD, la confédération. Le 9 mars a permis de donner un premier coup de semonce, avec des centaines de milliers de jeunes et de salariés dans les rues. Nous devons maintenant amplifier les mobilisations prévues dans les prochains jours et principalement le 31 mars, avec un seul mot d’ordre : le retrait immédiat et sans condition de ce funeste projet de loi.

Montreuil, le 10 mars 2016.

version imprimable